Les éditeurs de cartes

Un éditeur de carte, oui mais pour quelles raisons ?

N’en avez-vous pas marre que vos joueurs râlent sur vos plans faits à la main sous prétexte que la table que vous avez dessinée est trop grande par rapport à l’armoire qui se trouve au fond de la pièce ? N’en avez-vous pas assez que vos villages, pour lesquels vous avez passez plusieurs heures chaotiques à dessiner, ne soient pas à l’échelle et que vos bâtiments mesurent plusieurs kilomètres de long ? N’en avez-vous pas marre de passer des heures et des heures à vous creuser la tête sur des cartes de lieux, à calculer des échelles de grandeurs pour, au final, obtenir un résultat tout juste suffisant ? Si comme moi vous êtes un Maître du Jeu qui dessinez vos donjons, vos villes et vos cartes d’univers tout seul, vous avez certainement dû vous rendre compte à quel point il est frustrant de ne pouvoir représenter ce que l’on désire sur un dessin pour la simple et bonne raison qu’avec l’échelle utilisée, celui-ci n’apparaîtrait pas. Il existe cependant des solutions et c’est de cela que je vais vous parler.

L’avènement de l’informatique

A l’heure actuelle, l’informatique prend de plus en plus d’importance et de nombreux programmes ; professionnels ou amateurs voient le jour. Ces programmes qui nous facilitent la vie existent pour une multitude de tâches… et la création de cartes et de plans en est une ! Commençons peut être par expliquer ce qu’est un éditeur de cartes. Pour ceux qui ne le savent pas, un éditeur de cartes est un programme qui permet de créer informatiquement des cartes, des plans de villes ou de donjons voir même des cartes de monde si vous êtes intéressé à créer un univers. Contrairement aux créations faites main, les éditeurs de cartes ne sont pas imprécis. En fait, ils gomment l’erreur humaine en utilisant divers programmes de calculs automatiques qui simplifient la vie. Les résultats sont alors plus soignés et ce pour diverses raisons. Il y a tout d’abord l’esthétisme qui saute aux yeux dès qu’on a terminé la carte, car les couleurs, les textures et tous les éléments que vous avez ajoutés sur votre plan sont plus précis et plus soignés que si vous l’aviez fait à la main (sauf si vous êtes dessinateur de métier, cela va de soi). Cela s’explique par le fait que les symboles représentant les différents éléments (montagnes, forêts, lacs, rivières, murs, tables, etc.) sont déjà tout prêts et facilement utilisables. L’esthétisme joue un rôle important quand vous jouez à un jeu de rôle sur papier car le peu d’éléments de représentations de votre univers ou de la quête qu’ont vos joueurs apparaît justement sous forme de cartes et de plans que vous leur fournissez. Plus ceux-ci sont soignés et plus l’immersion dans l’univers est grande (sans parlé de votre égo flatté par les compliments de vos joueurs concernant vos créations). Deuxième éléments d’importance, le stockage et la sauvegarde de vos documents est plus simple et surtout moins anarchique. Fini les tonne de papiers qui trainent et qu’on ne retrouve jamais quand il s’agit de lancer la quête. Tout est sur votre ordinateur, prêt à être imprimé quelques minutes avant la quête. Autre élément important, il est plus simple de corriger un plan informatique qu’un plan écrit à la main. Combien de fois avez-vous dû recommencer un plan pour la simple raison qu’il manquait un petit élément et que celui-ci ne pouvait plus être ajouté sur la carte ? Avec l’informatique, quelques cliques suffisent à ajouter, enlever ou modifier des éléments ce qui représente un gain de temps énorme. Finalement, point peut être essentiel dans l’utilisation de ce genre de programmes, les échelles sont automatiquement respectées. Fini les calculs savant et les règles de trois pour savoir quelle taille doit avoir un objet sur la map. Une fois le cadre définit, il suffit d’indiquer la taille de l’objet dans la réalité pour que celui-ci apparaisse à la bonne échelle sur le plan.

Éditeurs, la guerre des softwares et des freewares

A l’heure actuelle, les éditeurs les plus connus et les plus utilisés sont : Dundjinni ; Fractal Mapper et Campaign Cartographer. Comme vous vous en doutez en voyant les noms de ces programmes, ceux-ci sont en anglais, ce qui rend leur utilisation quelque peu plus difficile. De plus, ces programmes sont payants. Comptez environs 40 euros pour l’achat du logiciel ce qui n’est pas rien qu and on voit qu’il s’agit du prix d’une base de jeu de rôle. Nombre de Maître du Jeu choisissent donc de laisser de côté ce genre d’éditeurs pour en revenir au bon vieux papier crayon tant apprécié des puristes. Cependant, comme partout ailleurs, qui dit programmes payants (software) dit programmes développés par des amateurs et d’autres professionnels et totalement gratuits (freeware). Il s’agit par exemple du programme : Auto Realm, un programme entièrement gratuit et simple d’utilisation. Voici d’ailleurs quelques exemples de cartes créées avec ce programme afin de mieux se rendre compte de ses possibilités.

Dundjinni

Si ce programme vous intéresse, vous pouvez le télécharger ici : http://autorealm.sourceforge.net/show.php. De nombreuses aides y sont également proposées.

ExAutoRealmInterface

Conclusion

En conclusion, les éditeurs de cartes sont un bon moyen d’améliorer la qualité des plans créés et distribués à vos joueurs si tant est que vous avez le temps et la volonté de vous investir pour comprendre les fonctionnalités de ceux-ci. Leur maîtrise est certes quelques peu difficiles et fastidieuse pour certains mais le jeu en vaut la chandelle quand on voit le résultat obtenu. Malgré tout, les plus puristes des rôlistes continueront envers et contre tout à utiliser le bon vieux papier-crayon, donnant souvent des résultats très satisfaisants pour les plus expérimentés et un petit air de bricolage pour les autres qui fait aussi tout le charme du jeu de rôle.

Keul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux × 5 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>